Jean DEFFAUGT
Icône par défaut
Maire de 1943 à 1947

Né le 31 mai 1896 à Verchaix, Jean Deffaugt est commerçant en tissus. Il réside en Lorraine, puis s'installe à Annemasse en 1935. Par son dynamisme, il contribue à la renommée du commerce annemassien. Lorsqu'en 1940 des réfugiés arrivent de l'Est, J. Deffaugt s'occupe spontanément d'eux.

Il fonde un centre d'accueil , qui recevra près de 12000 français venus de la zone occupée. Cette action bénévole lui vaut d'être choisit dans  la Délégation spéciale  instituée par le Régime de Vichy. Avec d'autres anciens combattants, il accepte "par devoir" cette lourde tâche d'administration. Adjoint au maire Collardey, il le remplace lors de sa fuite et devient maire en décembre 1943. Le Comité national de Libération, reconnait ses services et le maintient dans sa fonction en août 1944. J. Deffaugt se retrouve donc être le maire d'Annemasse sous  l'Occupation allemande et la Libération. Entre septembre 1943 et août 1944, la police allemande règne sur la ville, implacable et dotée d'une des pires prisons de Haute-Savoie,  la prison du Pax . Près de 1500 personnes vont être internées puis relâchées ou transférées à Annecy, Lyon, Drancy puis les camps de la mort. Aux premières arrestations, J. Deffaugt obtient l'accord d'apporter chaque jour aux détenus des repas. Il brave le danger pour les réconforter et plus encore, demande la libération de tous les jeunes enfants , israélites pour la plupart.  Résistant  à sa manière, le Réseau Gilbert l'utilise selon les besoins : cachet de la mairie, renseignement, contact avec les prisonniers du Pax. Après la Libération du 18 août 1944, le contexte demeure tendu. Annemasse est le siège d'une cour martiale en septembre 1944 où sont condamnés à mort 30 miliciens. Les qualités de " courage et clairvoyance" de J. Deffaugt lui valent plusieurs médailles: Légion d'Honneur, Médaille Militaire, Médaille de la Résistance, Mérite social, Mérite commercial. J.Deffaugt se distingue entre tous, par la médaille des "Justes d'Israël" , distinction rare, décernée à ceux qui ont risqué leur vie pour aider des Juifs.

Réélu maire en 1945, il reste conseiller municipal de 1947 à 1959 puis de 1965 à sa mort, le 1er juillet 1970. Il est âgé de 75 ans.